Page:Boissy-Oeuvres de Théâtre de M. Boissy. Vol.2-1773.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LISETTE.

Quel objet ? Apprends-moi…Monsieur, c’est de vous-même.


MONTVAL.

De moi !


LISETTE.

De moi !Jugez par là si Lucile vous aime.


MONTVAL.

Ah ! ce trait met le comble à mon ravissement.
Je cours à ses genoux…


LISETTE.

Je cours à ses genoux…Je vais auparavant
Savoir si la malade est à présent visible,
Et ménager près d’elle un instant si sensible,
De peur qu’en vous voyant un transport indiscret
N’aille de vos deux cœurs révéler le secret.


MONTVAL.

Nous serons sans témoins, ne crains rien s’il échappe ;
L’amant sera caché sous les traits d’Esculape.
Viens, partons, qu’au plus tôt j’aille remplir l’emploi
Le plus intéressant, & le plus doux pour moi.