Page:Boissy-Oeuvres de Théâtre de M. Boissy. Vol.2-1773.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE BARON.

Il fait des Vers…Des Vers !


LISETTE.

Il fait des Vers…Des Vers ! Il en fait d’admirables.
Il traite en Gentilhomme, & sans rien exiger,
Poli comme un François, quoiqu’il soit Étranger.


LE BARON.

Quoi ! c’est un Étranger ?


LISETTE.

Quoi ! c’est un Étranger ? Oui, Monsieur.


LE BARON.

Quoi ! c’est un Étranger ? Oui, Monsieur.Qu’il paroisse.
Je lui dois des égards & de la politesse.


LISETTE.

Je vous annonce encor votre meilleur ami,
Et je vais l’informer que vous êtes ici.


LE BARON.

D’ami ! je n’en ai point. Ne prens pas cette peine.


LISETTE.

Cléon l’est à bon titre, & permettez qu’il vienne.


LE BARON.

Il est de retour !


LISETTE.

Il est de retour ! Oui.


LE BARON.

Il est de retour ! Oui.Je dois le prévenir.


LISETTE.

Attendez-le plutôt, je sors pour l’avertir.
Voilà cet homme illustre à qui rien ne ressemble,
Voyez-le en attendant, & raisonnez ensemble.

(Elle sort.)