Page:Boissy-Oeuvres de Théâtre de M. Boissy. Vol.2-1773.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène VI.

LA MARQUISE, MONTVAL.



MONTVAL.

Je m’arrache à la fin à l’importunité.


LA MARQUISE.

Je vous fais compliment, & votre vanité
Doit se trouver, Monsieur, extrêmement contente.
La Comtesse vous offre une riche Parente.


MONTVAL.

L’honneur qu’elle me fait est peu flatteur pour moi.


LA MARQUISE.

Vous déguisez, Monsieur.


MONTVAL.

Vous déguisez, Monsieur.Je parle en bonne foi.


LA MARQUISE.

Vous partez cependant pour suivre la comtesse.


MONTVAL.

Moi, m’éloigner de vous ? moi, quitter votre niece ?


LA MARQUISE.

On vient de m’assurer que vous l’accompagniez.


MONTVAL.

Je ne pars pas, à moins que vous ne me chassiez.
Où pourrais-je être mieux qu’auprès de vous, Madame ?
Je vous suis attaché jusques au fond de l’âme.
Je voudrois me lier encore de plus près.
Je voudrois en ce lieu me fixer pour jamais,
Passer tous mes instants en votre compagnie,
Et conserver vos jours aux dépens de ma vie.


LA MARQUISE.

Quoi ! notre Médecin veut s’allier à nous ?