Page:Boissy-Oeuvres de Théâtre de M. Boissy. Vol.2-1773.djvu/245

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CLÉON.

Nous devons…Vous devez me faire compliment,
D’allier aujourd’hui ce qu’on joint rarement,
Et qu’on devroit toujours joindre par préférence.
J’unis le vrai mérite à la rare constance,
La gloire à la beauté, l’esprit aux sentimens,
Les graces au savoir, les vertus aux talens,
Puis-je de mes trésors faire un meilleur usage ?
(à Montval & à Lucile qu’il unit ensemble.)
Mes enfants, formez vîte un si bel assemblage.
Soyez riches tous deux par mes justes bienfaits.
Ce don vous manquoit seul, & vous voilà parfaits.