Page:Boiste - Dictionnaire universel, 1851.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sxiv PRINCIPES DE GRAMMAIRE FRANÇAISE,

PRONOMINAUX. Verbes qui, se conjuguent avec le pronom personnel de la même personne que le sujet : lise loue, il s’est ennuyé d’attendre : on appelle ainsi principalement les verbes toujours employés avec le pronom personnel, comme : Se repentir, etc.

Réfléchis. Verbes pronominaux exprimant une action ou un état qui ne se rapporte qu’au sujet du verbe. Quelques grammairiens appellent Pronom réfléchi de la troisième personne, le pronom se, soi, qui sert à la conjugaison de ces verbes.

Réciproques. Verbes pronominaux qui expriment l’action réciproque de plusieurs sujets les uns sur les autres : Ces deux propositions se contredisent. Souvent, pour mieux marquer le sens réciproque, on ajoute les mois l’un l’autre, ou un des adverbes réciproquement, mutuellement, ou l’on place le mot entre avanl le verbe. Ces deux nommes s’aident réciproquement ; ils s’aident l’un l’autre ; ils s’entraident.

RÉGULIERS. Verbes qui suivent, dans la formation de leurs temps, les règles générales des conjugaisons.

ANOMAUX OU IRRÉGULIERS. Verbes qui ne suivent pas, dans leur conjugaison, la règle ordinaire des autres verbes. Aller est un verbe anomal. (Pour tous les verbes irréguliers, les chercher, chacun à leur rang, dans le Dictionnaire. On y trouera indiquées les irrégularités de leur conjugaison.)

DÉFECTIFS ou DÉFECTUEUX. Ceux qui n’ont pas tous leurs temps et tous leurs modes.

CHAPITRE VI.

DU PAB.TICIPE.

Participe. Partie du discours qui est une des modifications du verbe, ainsi —nommé parce qu’il tient du verbe, en ce qu’il exprime les attributs d’existence, d’action : étant, aimant, etc. ; été, aimé, etc. ; et du nom, en ce qu’il fait quelquefois les fondions d’adjectif, et qu’alors il s’accorde en genre et en nombre avec le sujet auquel il se rapporte : Un homme pensant, une âme aimante, des troupeaux errants, etc. ; Un homme aimé, une femme chérie, des marchandises prohibées.

Le Participe présent ou actif, toujours terminé en ant, exprime en général une action, el s’emploie avec ou sans régime direct, selon que le verbe est actif ou neutre : Je le vis en passant. Parlant à quelqu’un. Portant un livre.

Le Participe passé ou passif a différentes terminaisons, comme : Aimé, lu, souffert, suivi, etc ; il exprime, soit l’état passif, et se joint à l’auxiliaire être, sans avoir de régime direct : Je suis aimé, il était suivi ; soit une idée de temps écoulé, et alors il se joint à l’auxiliaire avoir, quand le verbe marque l’action, ou à l’auxiliaire être, quand le verbe est pronominal ou indique un état ; et il peut recevoir un régime direct, si le verbe en est susceptible : J’ai étudié la musique ; j’ai ri de sa méprise ; je me suis reproché mes fautes. Les expressions ainsi formées du participe passé ou passif avec les auxiliaires être et avoir se nomment les temps composés du verbe.

Le participe en ant esl invariable, c’est-à-dire, ne prend ni genre ni nombre, excepte dans les cas où le sens delà phrase le rend adjectif, comme : Eau courante, personnes agissantes.

Le participe passé est invariable quand il précède le nom auquel il se rapporte : Je n’ai point reçu de réponse ; il a nommé plusieurs personnes. Quand c’est le régime qui le précède, il s’accorde avec lui en genre et en nombre : La réponse que j’ai reçue ; les personnes qu’il a nommées.

(Les difficultés souvent subtiles des grammairiens sur les participes passés n’ont pas dû être traitées ex professo dans le Dictionnaire de l’Académie, mais on peut s’assurer, par la pratique constante adoptée dans tout le cours de cet ouvrage, qu’elle suit les règles les plus communément établies aujourd’hui. Par exemple : Elle s’est plu à vous contredire ; je l’ai laissée aller, etc.)

CHAPITRE VII.

DE L’ADVERBE (i).

Adverbe. Partie invariable du discours, qui se joint avec les verbes et les adjectifs, el qui les modifie de diverses manières. Adverbe de lieu, de temps, de quantité, de qualité, de manière. Adverbe dérivé d’un verbe, d’un adjectif.

Ailleurs. Adverbe de lieu. En un autre lieu. J’irai me pourvoir ailleurs. -D’ailleurs, d’un autre côté, pour un autre motif. Vous hii attribuez votre disgrâce, elle vient d’ailleurs.—De plus, outre cela. Je vous dirai d’ailleurs…

Ainsi. Adverbe de manière. De celle façon. La chose se passa ainsi. — Par conséquent ; c’est alors une conjonction. Ainsi vous refusez. — Il sert à faire l’application du premier membre d’une comparaison au second. Comme le soleil chasse les ténèbres, ainsi la science chasse l’erreur. À marquer un souhait. Ainsi Dieu me soil en aide. Ainsi soit-il : locution qui se place ordinairement à la fin des prières qu’on fait à Dieu. — Comme ainsi soit, s’il est ainsi, puis qu’ainsi

(i) Nous donnons ici dans l’ordre alphabétique un tableau complet de tous les adverbes qui, par la singularité de leur emploi ou la diversité de leur signification, offrent quelque intérêt grammatical.

est, puis qu’ainsi va, façons de parler qui signifient, vu que, cela eiani ainsi.

— AINSI QUE, locution conjonctive. De même que. Je me plains de vous ainsi que de lui. Au commencement d’une comparaison. Ainsi que le soleil dissipe les nuages, ainsi la vérité… — Comme de la manière que. Cela s’est passe ainsi que je vous le dis. r.

Alentour. Adverbe de lieu. Aux environs. Les bois d’alentour. — Quand il n’est pas précédé de la préposition de quelques-uns écrivent à l’entour.

Alors. Adverbe de temps. En ce temps-là. Oit étiez-vous alors ? — Alors que, pour lorsque, ne s’emploie qu’en poésie ou dans le style élevé. — Jusqu alors, jusqu’à ce temps-là, exprime un temps passé relativement à un autre temps.

Assez. Adverbe de quantité. Suffisamment. lia assez d’argent. — Il affaiblit plus ou moins la signification des mots auxquels on le joint Cela est assez bien.

— Quelquefois il renforce le sens. Voilà qui est assez plaisant. — Il est ordinairement explétif dans les deux locutions : Assez peu et assez souvent. C’est un homme d’assez peu d’esprit ; il va assez souvent dans cette maison.

Aujourd’hui. Adverbe de temps, qui désigne le jour où l’on est. // viendra aujourd’hui. Il signifie quelquefois, À présent. Cela ne se pratique plus aujourd’hui.

— Quelquefois il désigne un temps quelconque par rapport à un autre qui en’est fort rapproché, et s’oppose à Demain ou à Hier. Aujourd’hui sur le trône, et demain dans les fers. Ce qui fut bien hier peut-il être mal aujourd’hui ?

Auparavant. Adverbe de temps, qui marqué priorité de temps. Un an auparavant.

Aussi. Adverbe de comparaison. Pareillement, déplus, c’est pourquoi, autant, tellement.

Autant. Adverbe d’égalité. — D’AUTANT, locution adverbiale. Dans la même proportion. — D’AUTANT QUE, locution conjonctive. Vu, attendu que. — D’AUTANT TLUS, locution adverbiale, qui sert à relever l’importance d’un motif.

— D’AUTANT MIEUX, locution adverbiale, à peu près équivalente à D’autant plus. — D’AUTANT MOINS, locution adverbiale, opposée aux deux précédentes.

— Autrement. Adveroe de manière, dérivé. — Précédé de la négative pas, Guère. // n’est pas autrement ntalade.

Beaucoup. Adverbe de quantité, indique un nombre, une quantité plus ou moins considérable. Il y a beaucoup de gens. Dire beaucoup de paroles. Avoir beaucoup de loisir. — Absolument, lorsque la chose qu’on n’exprime pas peut être aisément sous-entendue. Il a perdu beaucoup. — Il marque l’intensité, la prolongation ou la fréquence d’une action. Cet enfant grandit beaucoup. Parler, manger beaucoup. — Avec les adjectifs ou les adverbes, il indique comparaison, et alors il exprime une différence considérable. // s’est beaucoup mieux conduit que vous. Ce vin est beaucoup meilleur.

Bien. Adverbe de manière, marque un certain degré de perfection, un certain état heureux, convenable. // chante bien. Il se porte bien. — Adverbe de quantité. Beaucoup, fort, très. // se porte bien mieux. Il est bien savant. Il est bien mal. — BIEN QUE, locution conjonctive. Quoique. — Si BIEN QUE, locution conjonctive. De sorte que.

Bientôt. Adverbe de temps. Dans peu de temps. Je partirai bientôt.

Céans. Adverbe de lieu. Ici dedans. Ne se dit que de la maison où l’on est quand on parle. // n’est pas céans.

Cependant. Adverbe de temps. Pendant cela. Nous nous amusons, et cependant la nuit vient.

Ci. Adverbe de lieu. Ici. Indique le lieu où est celui qui parle, ou du moins un lieu proche de lui, ou une chose présente. Le mémoire ci-joint. La lettre ci-incluse.— Locutions adverbiales. Ci-devant ; ci-après ; ci-dessus ; ci-dessous ; ci-contre ; par-ci, par-là (En divers endroits, À diverses reprises).

Combien. Adverbe de quantité. Quel nombre, quelle quantilé. Combien y a-t-il de convives ? Combien avez-vous d’argent ? — Il indique souvent indéfiniment une quantité, un nombre considérable. Il y avait je ne sais combien de gens. Je sais combien il a de savoir. — Absolument, quand on peut aisément suppléer le substantif auquel il se rapporte. Combien avez-vous dans

votre bourse ? — Dans le sens de Quel prix. Combien vaut ce livre ? À quel

point Si vous saviez combien il vous aime.

Comme. Adverbe de comparaison. De même que, ainsi que. Il signifie

aussi : Par exemple ; presque ; comment ; combien ; en qualité de.— Adverbe de temps. Lorsque, au moment où. Comme il sortait, son père arriva.

Comment. Adverbe de manière. Il ne sait comment faire. Dans le sens

de pourquoi. Comment vous êtes-vous avisé de venir ? Par exclamation et

pour marquer l’étonnement Eh quoi ! Comment ! vous voilà ? Subst. Le

pourquoi et le comment.

Davantage. Adverbe de quantité. Plus. Je n’en sais pas davantage. Plus

longtemps. Ne restez pas davantage.

Dedans. Adverbe de lieu. Dans l’intérieur. // est là dedans. Substantiv.

L’intérieur. Le dedans de la maison. — Locution prépositive. En dedans, par dedans. Celte dernière s’emploie sans la préposition de. En dedans de la ville. Il passa par dedans la ville.

Dehors. Adverbe de lieu, opposé à Dedans. // est dehors. Substantiv.

Le dehors, les dehors de la maison, de la place ; fig., au pluriel, les apparences. Sauver les dehors.

Déjà. Adverbe de lemps. Dès à présent. Vous avez déjà fini ? — Dès lors ; il s’applique tant au passé qu’à l’avenir. Le soleil était déjà levé. Si vous continuez, vous serez déjà vieux à trente ans. — Auparavant. Je vous ai déjà dil mon avis. J

i, D.6m ?" ; kàverhe, de temps, indiquant le jour qui suivra immédiatement ’celui ou 1 on est. // arrivera demain. — Il désigne quelquefois une époque qui