Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
123
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

s’attendre à recevoir poliment leur argent et leur congé, sans plus de cérémonie.

M. Joliette n’aimait pas à perdre son temps dans les contestations inutiles. Très affable et très-conciliant pour ses employés qui, après leurs manquements, promettaient de mieux s’acquitter de leurs devoirs, il était inflexible envers les ivrognes, les paresseux et les scandaleux qu’il refusa toujours d’admettre à son service.

Six mois d’infatigable labeur avaient englouti dans l’entreprise la somme de $25,000. Au printemps suivant, les travaux furent repris avec une nouvelle vigueur. Aux derniers jours de la saison d’automne, signalés par une noire colonne de fumée, les chars nouvellement apparus dans ces régions solitaires se promenaient du St. Laurent au village de St. Thomas. Enfin, au printemps de 1850, au prix de $55,300, la ligne du village d’Industrie au St. Laurent se trouvait parfaitement organisée, et fonctionnait à merveille, à l’extrême satisfaction de l’Honorable Joliette.

Mandé pour la circonstance, Monseigneur Bourget qui, en tant d’occasions, s’était rendu à l’Industrie pour bénir les travaux et les entreprises de M. Joliette, voulut encore cette fois, condescendre au vœu général de la popu-