Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
152
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

boutiques et les magasins furent fermés ; et même, lorsque la terre eût recouvert la dépouille mortelle du seigneur de Lavaltrie, les citoyens du village d’Industrie s’engagèrent à porter le deuil pendant un mois, à s’abstenir durant ce temps, de toute réunion bruyante, de chant et de musique « comme gage du sentiment de profonde tristesse dont ils étaient sincèrement pénétrés. »

Ce ne fut pas seulement au village d’Industrie que fut pleuré et regretté l’Honorable Joliette. De toutes les parties du pays s’élevèrent en sa faveur, des témoignages de profond regret. Ce fut pour rendre un hommage solennel à ses vertus politiques, qu’à sa mort, sur la proposition de son Président, la chambre d’Assemblée fut ajournée, et que durant la session, les orateurs les plus distingués firent l’éloge de la belle et utile carrière de monsieur Joliette.

Inspirée par la reconnaissance, la poésie vint aussi à son tour, jeter quelques-unes de ses fleurs sur la tombe du Fondateur de l’Industrie.

Ses accents plaintifs dûs au talents d’un jeune protégé de M. Joliette sont un si fidèle écho de la douleur commune, que je ne puis résister au désir d’en citer quelque chose.