Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
159
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

moi… ; la mort, l’implacable mort, nous avait tous frappés au cœur. L’Honorable Barthélemi Joliette, membre du conseil législatif, seigneur et père de ces lieux, n’était plus ! Ou plutôt, cet homme si aimé, si vénéré succombait à une maladie opiniâtre qu’il avait supportée avec le calme d’un héros et la piété d’un chrétien. Le ciel sourd à nos prières, l’arrachait à une épouse chérie, à des parents désolés, à des concitoyens consternés. Sans égard pour ses grandes œuvres, la mort l’enlevait à son pays, comme le hardi chasseur enlève à ses petits la mère qui les soigne, le père qui les nourrit.

Il semblait que cet homme ne devait jamais mourir, tant il était utile et nécessaire à sa patrie. Mais hélas ! les pensées des hommes ne sont pas les pensées du Tout-puissant. Acquittons du moins à sa mémoire, le juste tribut d’éloges que nos cœurs lui ont voué.

Monsieur Joliette se faisait remarquer par son génie protecteur et infatigable, par son caractère réfléchi et entreprenant, par son imagination féconde, et par son esprit vaste et pénétrant, qui, d’un seul coup d’œil, embrassait en même temps qu’il les aplanissait, toutes les difficultés et les entraves qui pouvaient surgir dans le cours de ses nombreuses entreprises.