Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
195
ANTOINE MANSEAU.

Général et de Chanoine honoraire, d’abord à Longueuil, chez son neveu M. L. M. Brassard qui lui avait succédé dans cette cure, et ensuite chez son intime ami, M. Primeau, curé de Varennes.

Sa santé s’étant rétablie parfaitement, et son zèle ne lui permettant plus de demeurer inactif, il se fit un devoir d’exposer à l’Évêque qu’il se croyait capable de se remettre au travail. C’était au mois d’Octobre 1843.

L’Évêque lui offrit la cure de St. Charles de l’Industrie, qui était la seule vacante ; et il lui dit gracieusement que plus tard, il pourrait lui procurer un autre poste plus convenable. Mais le fait seul de la pensée de l’Évêque à cet égard, lui fit croire à une inspiration du ciel, et lui persuada que c’était le bon Dieu qui le voulait à l’Industrie.

Il accepta donc cette nouvelle paroisse qui n’avait encore été desservie que pendant 18 mois, par voie de mission. Elle offrait peu d’avantages, humainement parlant.

L’église était la propriété privée de l’Honorable Joliette, qui l’avait construite à ses propres dépens. Elle n’avait donc ni fabrique, ni fabriciens. Ce ne fut qu’en 1850, que ce Monsieur en fit don à la corporation épiscopale de Montréal, qui en est depuis ce temps, l’uni-