Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
43
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

De ce moment, les volontaires reçurent leur congé et reprirent joyeusement le chemin de leurs paroisses respectives.

Rendu à sa famille et à ses amis, Barthélemi Joliette se livra de nouveau, avec ardeur, à ses travaux professionnels dont le fardeau allait s’augmentant tous les jours.

La gestion des affaires de la seigneurie de Lavaltrie qu’on lui avait confiée, doublait ses occupations.

Cette agence cependant, ne lui déplaisait nullement, parce qu’elle lui fournissait l’occasion de fréquents voyages bien propres à fortifier sa santé qu’altérait la vie sédentaire du bureau.

Sur ces entrefaites, une épreuve bien douloureuse vient assaillir les jeunes époux. Au mois de Juillet mil-huit-cent-vingt, la mort toujours cruelle, toujours sourde aux vœux et aux prières, venait leur ravir, à l’âge de six ans, leur unique enfant. C’était sur cet être chéri que reposait leurs plus douces espérances.

Pétillant d’esprit, d’une intelligence au-dessus de son âge, d’un naturel affectueux, aimable et bon, le jeune Charles, promettait de devenir plus tard l’honneur de sa famille. Mais les calculs de l’amour, les espérances d’avenir, l’illusion de la tendresse et de l’affection,