Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
55
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

moulin en pierre à deux étages, de cent pieds de longueur sur une largeur de cinquante.

Une heure plus tard, au milieu des hourrahs enthousiastes des braves travailleurs, cent échos sonores roulant de cascade en cascade, de colline en colline, répercutaient au loin, la chute des pins gigantesques s’abattant avec un bruit épouvantable, entraînant sous leur poids, les rameaux fracassés des arbres voisins. Ainsi tombaient les rois de la forêt ; ainsi le fer meurtrier faisait partout de larges trouées dans ces bois que la main de l’homme avait jusque-là respectés.

C’était au mois de Décembre de l’année mil huit-cent-vingt-trois.

En quelques heures, un chantier de bois rond, calfaté de mousse, recouvert de calles, était élevé sur l’emplacement où se trouve aujourd’hui la maison du meunier du grand moulin.

Ce fut sous ce toit rustique, que passèrent l’hiver les premiers défricheurs de l’Industrie. Ces colons intrépides formèrent le premier noyau de cette population laborieuse, pleine d’intelligence, d’activité et de courage, qui a tant aidé le fondateur de Joliette dans son œuvre religieuse et nationale.