Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
81
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

surrexcitées. Aux cris de : « liberté, » et de : « à bas les Anglais » il opposait le cri du devoir, la doctrine de la soumission au pouvoir établi, les conséquences désastreuses de l’insurrection, couronnant toutes ces exhortations en exigeant des citoyens la prestation du serment de fidélité au gouvernement Anglais.

Aussi, après les effusions de sang qui couvrirent de deuil plusieurs villages du Bas-Canada, M. Joliette reçut-il les plus chaleureux remerciements de la part de ses concitoyens qu’il avait préservés de la contagion de la révolte.

La divergence d’opinions politiques qui pendant les troubles, avait opéré une scission entre lui et ses anciens collègues du Parlement, n’avait laissé dans son esprit aucun sentiment d’aigreur.

Dix ans après les malheureux événements dont nous venons de parler, un de nos plus illustres patriotes de l’époque descendait à son manoir pour s’acquitter, de ce qu’il appelait, une réparation envers les devoirs de l’amitié.

M. Joliette versait des larmes de bonheur en recevant dans ses bras ce vieil ami qui, après un long exil, rentrait dans la patrie qu’il avait conduite à l’abîme en voulant la sauver.

« Mon cher ami, lui dit le nouveau venu,