Page:Bonin - Biographies de l'honorable Barthélemi Joliette et de M le Grand vicaire A Manseau, 1874.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
89
L’HONORABLE B. JOLIETTE.

ronner sa belle carrière. Il était profondément pénétré de cette conviction qu’une société, qu’une association quelconque ne saurait prospérer sans la religion. Il reconnaissait que cette dernière est la base, le fondement indispensable de tout progrès véritable, comme de toute vertu et de toute grandeur.

Aussi l’aimait-il de tout son cœur, cette religion pour l’honneur de laquelle il sacrifia une partis de sa fortune. Il la vénérait dans la personne de ses ministres dont les plus marquants figuraient au nombre de ses amis les plus chers.

Le Vénérable Évêque de Montréal avait en grande estime ce généreux citoyen. Cette haute considération, qui ne souffrit jamais d’atteinte, ne manqua pas d’être payée d’un juste retour de la part de l’Hon. Joliette.

Ce fut en témoignage de son dévouement pour l’Église, ainsi que pour remplir le vœu de la population dont il était le père, que dans l’automne de 1841, il suppliait Monseigneur I. Bourget de lui permettre d’ériger à l’Industrie, un temple dont il ferait tous les frais de construction.

En attendant que le nouvel édifice put être livré au culte divin, il sollicitait pour son vil-