Page:Bordier - Ambassade en Turquie de Jean de Gontaut Biron, baron de Salignac.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
II
PRÉFACE.

quinze cents pages in-folio. Il eût fallu, pour en rendre possible la lecture, abréger le récit, extraire des passages, supprimer des redites. On hésite devant ces procédés; et le manuscrit paya de l’abandon la faute d’être trop volumineux.

Devais-je, à mon tour, m’arrêter à ces considérations? Je ne l’ai pas pensé; et tranchant dans le vif, je me décide à présenter aux lecteurs les parties de la Relation ayant spécialement rapport à l’ambassade du baron de Salignac.

Le manuscrit comprend trois parties : la première est consacrée à la Relation du voyage de l’ambassadeur de Paris à Constantinople; elle servira d’introduction à la correspondance. La deuxième est un journal des faits qui se passèrent en Turquie pendant une période de cinq années. J’aurai l’occasion, dans le cours de la correspondance, de revenir souvent à cette fraction du manuscrit, et j’y puiserai bien des notes précieuses. Un récit des divers voyages que l’auteur entreprit en Orient constitue la troisième partie dont je ne m’occuperai pas, puisqu’elle est tout à fait étrangère à mon sujet.

M. de Biran a inséré dans son étude sur la politique de Henri IV dans le Levant[1] quelques pages de ce manuscrit, notamment celles qui renferment des détails si curieux sur la cérémonie du baisemain, sur la mort de Henri IV et sur celle de M. de Salignac; mais il n’a parlé que fort sommairement du Voyage, et je pense que cette partie ne sera pas la moins intéressante de la Relation. Les réceptions faites

  1. Voir Annuaire de la Société philotechnique, année 1880, tome XL : Une Ambassade de France en Turquie sous Henri IV.