Page:Boucher d’Argis - Ordonnance du mois d’aoust 1539, 1786.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxiv
Discours

des dignités d’un ordre ſupérieurs il fut reçu Président à Mortier trois ans après, et le Chancelier Dubourg étant mort en 1538, il fut choisi pour le remplacer.

Il y a tout lieu de croire qu’il travailloit depuis long-temps à la rédaction d’une nouvelle loi, et qu’il attendoit une occasion favorable pour la faire adopter ; car dès 1539 il proposa au Roi de lui donner ſa ſanction. La ſagesse de cette Ordonnance lui mériteroit ſans doute une place à côté des Lhopital, des Daguesseau, si la plus basse avarice n’avoit pas terni l’éclat de ſes talens.

Poyet, dont l’ambition n’étoit point encore ſatisfaite par ſa promotion à la premiere magistrature de l’État, voulut encore réunir ſur ſa tête les honneurs de