Page:Boucher d’Argis - Ordonnance du mois d’aoust 1539, 1786.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxxviii
Discours

leur étoit facile ; mais on articuloit contre le Chancelier, des faits de violence, menaces et abus d’autorité ; on prétendoit qu’il avoit tellement intimidé les Commissaires, qu’il les avoit forcé de ſouscrire un Arrêt plus ſévere que celui qui avoit été délibéré.

Enfin, après trois années d’instruction et de captivité, il fut ordonné[1] le 22 avril 1545, « que le Chancelier ſeroit amené au parquet de la Grand’Chambre, et que les huis ouverts, ſon Arrêt lui ſeroit prononcé en

  1. La date précise du jour de cet Arrêt est incertaine ; les uns prétendent qu’il fut rendu le 13 avril, d’autres le 22, d’autres le 24, différence peu importante et qui ne mérite pas un examen ſérieux.