Page:Boucherville - Louise Chawinikisique, L'ami du peuple de l'ordre et des lois, 23 et 26 septembre 1835.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tous d’histoires d’horreur et de mort. Ce genre fantastique et sombre en vogua aujourd’hui, surtout traité en prose, est trop facile pour servir de cadre à moins que l’on n’ait un génie créateur qui élève tout audessus de la médiocrité. En outre les résultats en sont de peu d’utilité dans la vie morale et industrielle. Des hommes bien supérieurs peuvent seuls broder ce canevas en traits ineffaçables, source de graves pensées et de profondes émotions.

Nous exhortons nos jeunes compatriotes à s’exercer sur la littérature proprement dite, sur la philosophie, la morale et l’histoire, sur les sciences et les arts. Dans ce vaste champ, les juges et les lecteurs devraient se montrer moins sévères, et chaque pas serait pour les littérateurs un encouragement à l’étude et un présage futur, et pour ceux qui profiteraient de leurs travaux souvent celui d’une conquête de plus dans le domaine de l’intelligence ou dans celui de la nature.

D. MONDELET.
A. N. MORIN.

Montréal 17 septembre 1835.


LOUISE CHAWINIKISIQUE.

Tout ce qui sort de la main des hommes, porte l’empreinte de leur fragilité et le caractère de leur faiblesse : Les monuments