Page:Bouillet - Chassang - Dictionnaire universel d'histoire-geo - 1878 - P1 - A-G.djvu/698

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Départements. Chefs-lieux.
Orne, Alençon,
Pas-de-Calais, Arras,
Puy-de-Dôme, Clermont-Ferrand,
Pyrénées (Basses-), Pau,
Pyrénées (Hautes-), Tarbes,
Pyrénées-Orientales, Perpignan,
Rhône, Lyon,
Saône (Haute-), Vesoul,
Saône-et-Loire, Mâcon,
Sarthe, Le Mans,
Savoie, Chambéry,
Savoie (Haute-), Annecy,
Seine, Paris,
Seine-et-Marne, Melun,
Seine-et-Oise, Versailles,
Seine-Inférieure, Rouen,
Sèvres (Deux-), Niort,
Somme, Amiens,
Tarn, Alby,
Tarn-et-Garonne, Montauban,
Var, Draguignan,
Vaucluse, Avignon,
Vendée, La Roche-sur-Yon,
Vienne, Poitiers,
Vienne (Haute-), Limoges,
Vosges, Épinal,
Yonne, Auxerre,

Sous le rapport ecclésiastique, la France et ses colonies sont divisées, pour le culte cathol., en 87 diocèses, dont 18 archev. et 69 évêch.; le culte protest. a un conseil central calviniste et un consistoire super. luthérien; le culte Israélite a un consistoire central.

Archevêchés, avec leurs évêchés suffragants.

Aix, Arles et Embrun. Arras.
Marseille. Chambéry.
Digne. Moutiers.
Ajaccio. St-Jean de Maurienne.
Fréjus et Toulon. Annecy.
Gap. Lyon et Vienne.
Nice. Autun.
Alby. Dijon.
Rodez. Grenoble.
Mende. Langres.
Cahors. Saint-Claude.
Perpignan. Paris.
Alger, Constantine, Oran. Chartres.
Auch. Orléans.
Aire. Meaux.
Bayonne. Versailles.
Tarbes. Blois.
Avignon. Reims.
Nîmes. Soissons.
Viviers. Beauvais.
Valence. Châlons.
Montpellier. Amiens.
Besançon. Rennes.
Verdun. Quimper.
Saint-Dié. Vannes.
Belley. St-Brieuc.
Nancy. Rouen.
Bordeaux. Bayeux.
Agen. Séez.
Poitiers. Évreux.
La Rochelle et Saintes. Coutances.
Angoulême. Sens et Auxerre.
Périgueux. Troyes.
Luçon. Moulins.
La Basse-Terre (Guadel.). Nevers.
St-Denis (Réunion). Toulouse et Narbonne.
St-Pierre (Martinique). Montauban.
Bourges. Carcassonne
Clermont. Pamiers.
Le Puy. Tours.
Saint-Flour. Le Mans.
Limoges. Laval.
Tulle. Angers.
Cambray. Nantes.


Provinces anciennes.
Normandie (les Marches, Houlme), Maine (Perche).
Artois, Picardie (Boulonnais).
Basse-Auvergne (Limagne),
Béarn et Basse-Navarre, Gascogne (Soule et Labour).
Gascogne (Bigorre, les Quatre-Vallées).
Roussillon (Cerdagne), Bas-Languedoc
Lyonnais (Lyonnais propre, Beaujolais).
Franche-Comté (bailliage d'Amont).
Bourgogne (Maconnais, Charolais).
Bas-Maine, Haut-Anjou.
Savoie (Savoie propre, Maurienne, Tarentaise).
Anc. Savoie (Genevois, Faucigny, Chablais).
Ile-de-France.
Ile-de-France (Gâtinais, Brie), Champagne (Brie).
Ile-de-France (Hurepoix, Mantais, Vexin, Gâtinais)
Haute-Normandie (Roumois, pays de Caux, Bray).
Haut-Poitou.
Picardie.
Haut-Languedoc (Albigeois).
Guyenne, Gascogne, Languedoc.
Basse-Provence.
Comtat d'Avignon, Haute-Provence.
Bas-Poitou.
Haut-Poitou.
Haut-Limousin, Basse-Marche.
Lorraine (duché de Lorraine, pays des Vosges).
Bourgogne (Auxerrois), Champagne (Sénonais).

Sous le rapport judiciaire, on compte 27 Cours d'appel, auxquelles ressortissent toutes les causes plaidées devant les tribunaux du première instance. Elles siègent à : Agen, Aix, Amiens, Angers, Bastia, Besançon, Bordeaux, Bourges, Caen, Chambéry, Colmar, Dijon, Douai, Grenoble, Limoges, Lyon, Montpellier, Nancy, Nîmes, Orléans, Paris, Pau, Poitiers, Rennes, Riom, Rouen et Toulouse.

Sous le rapport de l'instruction publique, la France avait été partagée, dès la création de l'Université, en 27 acad., répondant aux 27 cours d'appel existant alors. La loi du 15 mars 1850 créa une acad. par dép. La loi du 27 mai 1854 en réduisit le nombre à 16, auj. 17 : Aix (B.-Alpes, Alpes-Marit., Bouches du-Rhône, Corse, Var, Vaucluse); — Alger (Alger, Oran, Constantine); — Besançon (Doubs, Jura, H.-Saône) ; — Bordeaux (Dordogne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, B.-Pyrénées); — Caen (Calvados, Eure, Manche, Orne, Sarthe, Seine-Inf.); — Chambéry (Savoie, Haute-Savoie) ; — Clermont (Allier, Cantal, Corrèze, Creuse, Haute-Loire, Puy-de-Dôme) ; — Dijon (Aube, Côte-d'Or, Haute-Marne, Nièvre, Yonne) ; — Douai (Aisne, Ardennes, Nord, Pas-de-Calais, Somme) ; — Grenoble (Hautes-Alpes, Ardèche, Drôme, Isère) ; — Lyon (Ain, Loire, Rhône, Saône-et-Loire) : — Montpellier (Aude, Gard, Hérault, Lozère, Pyrénées-Orient.) ; — Nancy (Meurthe, Meuse, Moselle, Vosges); — Paris (Cher, Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Loiret, Marne, Oise, Seine, Seine-et-Marne, Selne-et-Oise) ; — Poitiers (Charente, Charente-Infér., Indre, Indre-et-Loire, Deux-Sèvres, Vendée, Vienne, Haute-Vienne); — Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Infér., Maine-et-Loire, Mayenne, Morbihan); — Toulouse (Ariége, Aveyron, Haute-Garonne, Gers, Lot, Hautes-Pyrénées, Tarn, Tarn-et-Garonne).

Sous le rapport militaire, la France est partagée en 18 corps d'armée, dont chacun est commandé par un général de division, et subdivisé en deux divisions :

1er  corps (Nord, Pas-de-Calais), commandt. à Lille.
2e (Aisne, Oise, Somme, arr, de Pontoise, cant. de Saint-Denis et Pantin, 10e 19e et 20e arr. de Paris). Commandt à Amiens.
3e (Calvados, Eure, Seine-Inférieure, arr. de Mantes et Versailles, cant. de Courbevoie et Neuilly, 1er, 7e, 8e, 9e, 15e, 16e, 17e, 18e arr. de Paris). Commandt à Rouen.
4e (Eure-et-Loir, Mayenne, Orne, Sarthe, arr. de Rambouillet, cantons de Villejuif et de Sceaux, 4e, 5e, 6e, 13e, 14e arr. de Paris), Commandt au Mans.