Page:Boulay-Paty - À l’Académie française, 1827.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Vous ses fils, marchez donc avec notre espérance !
Un monarque français ne vous dira pas non.
De la couronne de la France
Il sait que votre gloire est encore un fleuron.
Au trône, armés d’un droit antique,
Portez votre noble supplique,
Que tout s’abaisse sous vos pas !
Et qu’elle brille au pied du trône,
Comme la terrible Gorgone
Brillait dans la main de Pallas !

Vous, qu’on nomme Immortels, l’avenir vous contemple.
En prières allez pour lui vous prosterner.
Des beaux-arts défendez le temple,
Embrassez les autels qu’on voudrait profaner !
Ne connaissant qu’un Dieu pour maître,
C’est là que doit tomber le prêtre
En combattant l’impiété.
Elle a frappé plus d’un pontife…
Leur chute est l’arrêt d’un calife.
D’Omar c’est l’immortalité !