Page:Bouquet - Recueil des Historiens des Gaules et de la France, 11.djvu/165

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


obnoxii eraht Proceres sed prietereà magnorum Vassallorum bénéficia certts in cfisibus fisco addicebunt Reges ut constat ex r literis suprà laudatis Odonis ad Robertum in quibus Corner querituP qubd Rex ipsum suis honoribus seu benefieiis spoliare velUt. Apud Glabrum legitur Henricum Theobaldo ablatum in panam rébellion is urbis Turonicae Dominium dedisse Gotfrido cognomento Tuditi. Regum prtecellèntue singularis hsec fuit prserogativa qubd per totam Franciam Chartarum notse -Chronologicœ corum Rcgiminis annos exhibebant. Potentiores etiam Optimates Cliartas suas Iiegali auctoritatc confirmandas enrobant ; cujus quidem moris exempta habentur non tantum ’in Diplomatibus Regum sed et in instrumenté Diicuni yfquitùnix et Burgundûe Comitumque Flandrix Campant* et A ’ndegavorum. Neque ipsimet Normannix Duces, quidquid in contrarium afferant Scriptores monnulli ub iisdem ergà Reges o/Jiciis immunes extitere. In Additanmntis ad Historiam Normonpiee apud Chesnium narratur in concordia JVormannos inter et Francos tempore Richardi l et Lndovici j Transmarini constitutum fuisse j « quàd Cornes Northmanniœ nul- < » lum faciet seri’itium Régi < » Francix de terra Northmannix, neque ci aliter serviret, i » nui Rex Fruncitc daret ci feoduni in Francià ; undè ei ser- { » vire deberet. Quaproptcr Cornes r » KorOtmannix de Aorthman- { » nid tantutnmodb facit Jiomi- s • nium et fidelitatem Régi Fran- 1 » cix de vitâ sud et de suo terre- e • no honore. Similiter Rex Fran- li Tom <0 SOI. llnd p. 6t T–n. H. /> ISO.)’.).( H ru Tarn. H p 83. -s’acquittaient du service de Co». 5| seil et de Plaids ; les Rois exj. >M çoient encore sur eux le droit de -Jl confiscation, a comme il parolt .a la lettre du Comte Eudes au foi 1 Robert,, que nous avons déjà qlée.. j Henri I, pour punir Thibaud fils de ce Comte Eudes, de « t qu’il lui avoit refusé l’hommage J lui ôta te Comté de Tours, et fe i donna à Geoûroi-Martel Comte1 ) d’Anjou.. y Un des caracteres distinctife de la Souveraineté de nos Monarques dans ces tems-là c’est que les Ac- <> tes étoient datés de l’année de leur Règne dans toute l’étendue du Royaume. Les Seigneurs les plus • puissans les faisoient aussi ratifier par les Rois, pour leur concilier j une plus grande authenticité. On en trouvera dans ce Volume des preuves par rapport aux Ducs d’Aquitaine et de Bourgogne, et aux Comtes de Flandre, de Champa- j gne et d’Anjou. Les Ducs de Normandie quoi i qu’en disent les partisans de leur indépendance étoient sujets aux ] mêmes devoirs et aux mêmes ser- ̃̃M fices que tes autres Vassaux de la ’M Couronne. Si l’on en croit i’Au- M cur des Additions à l’Histoire des jfl N’ornians dans du Chesne il fut sti- I Mile par le traité fait entre les I rrarïoo1s et les Normans à focca- ̃ ion de la délivrance de Louis -fl l’Outremer que Ic Comte (ou fl )uc) de Normandie ne devroit m ucun service au Roi à cause de sa ̃ xrre de Normandie, et qu’il n’en I ïroit aucun, à moins que le Roi 9 c lui donnât un fiel en France. fl >n y ajoute que Je Duc, à cause de ̃ 5n Duché ne doit au Roi que S hommage et la défense de la vie fl t de la Couronne, de même que .fl Roi doit au Duc défense et pro-