Page:Bouquet - Recueil des Historiens des Gaules et de la France, 11.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tection PRÂfAilO.. » cm fait fidelitattm, et de viu » sud et ’X4ç suarum rerum honan » Comiu NortAmannim, et nihû » alùid differt inter eos^ nui qubc » homagium non faeit Rex JZran» eue Coutùt IVorthmanv* si’ » eut Cornes Northmannue Régi » Fnneimfacit ». l~enric~,r x~tindpnensis GuilUlmum Ducem NormannU militibus ante pugnam Hastingensem, in qud dimicatum est de Sceptre Anglim sic/tôquentem inducit « Nonne /patres vestri Regem Francorum y in Rotomago ceperunt et tenue»* runt donec Richardo puero Duci vestro Normanniam red» didit eo pacto quàd in omni » collocutione Régis Francue et Ducis Normannite gfadio Dur » accingeretur ;̃ Regem verb nec » gladium, nec cultellum ferre /tM~<. lisdure feré vé u utsliceret. > fisdemferèverèisutil ~r. et. /ùdemft1rè ’ni tur Auctor Chronici Normannici vulgari Idiomate scripti. Qur qitidem tejt»unont-à *extrà Qum quidem testimonia extra `. verisimilitudinis fines posita et nonnùi ah Anglicm aut Normannicm gentis assentatoribus prolata pugnant apertè cum eteterorum Scriptorum etiam Normannorum et Anglorum relatione ex qud constat f’assaUorum et subditorum ergà Reges Francité’ munia à Ntrmannis Oucibus fuisse adimpleta. Rickardum enim H Hugoni rilium autem ej’us Roberto Regi Parisiis fidelitatenuy et hoini- 3 iium per paragium praestitisse larrat Scriptor Fernaculus Hisorite nonnullorum Normannim lucum. Apud Ordericum Fi- r tUem Histor. Eccl. L. 7. Roertus Richardi III frater et uceessor Henricum ut potè aturalem dominum suum Fislbm. « p.. t Mi. p. 34à. Tom. tO. ». . rom. f 1. p. . S S tection pour la vie et le Duché, de sorte qu’il n’y a d’autre différence entre ces deux Princes, si ce n’est que le Duc fait hommage au Roi qui ne lé fait pas au Duc. Henri d’Huntindon, Auteur Àngfois, va plus loin il fait dire à Guillaume le Conquérant dans sa harangue avant la bataille d’Hastings, -qu’il fut arrêté, dans le traité, dont nous venons de parler que dans toute Assemblée où se troureroient le Roi de France et le Duc de Normandie, le Duc auroit l’épée au côté, et le Roi seroit sans armes, même sans couteau. La Chronique manuscrite de Normandie s’ex- ( prime à-peu-près de même en disant qu’il fut regardé et ordonné que le Duc de Normandie porkeroit à tous jours espée, et seroit sur Coursier au Parlement et le Roi y se- r roit sans armes et tam palejroy. Elle, ajoute que le Duc de Normandie tenoit par parage la Duché du Roi d4 France, en faisant féaulté et hommage. Malgré ces détails éloignés de toute vraisemblance, et que l’adulation ou la prévention nationale a fait adopter aux Ecrivains qui les ont rapportés il est certain, suivant’ les Auteurs même Normans et Auglois, que les Ducs de Normandie remplissoient vis-à-vis des Rois de France tous les devoirs ¡ que les titres de Vassal et de Sujet pouvoicnt imposer dans ce Jems-là. j J Richard U fit féaulté et hommage par parage à Hugues-Capet, ° et J son fils Richard III vint à Paris-s’ac- 1 quitter du même devoir à l’égard i du Roi Robert. Le Duc Robert, < »rere et successeur de Richard m t reçoit à Fécamp le Roi Henri coinme son Seigneur naturel c’est pour satisfaire à son serment de- b~ fidélité, qu’il aide ce Prince à si dompter des sujets rebelles, et à n Fis-