Page:Bouquet - Recueil des Historiens des Gaules et de la France, 11.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page n’a pas pu être entièrement corrigé, à cause d’un problème décrit en page de discussion.


tempore hscv Fitlco panplxit. Fêtera non sciscitnlns muni–menta, ca summatim <l< scri/isit, qux à Gaufrido Martrllo (iinlirrat. Dcbuit certè rcs suas fusiùs exponerc at ithv tant’o no> inujori desiderio afjiciunt t/uuntô minus perfecta legunttir, afiud alios Scriptom (testa Comilis fllastrissimi. Ohiit Princeps cruditus 14 s-fpritis anno Clnitti 1109 ii’tatis’ .VM.T <><>/ <it ;j(ir /ut ma tu. s est slntlvgaris in .(/rictui Prioratu. .IKK) et fut enterré à An-eis /̃ ragmcntiim tlhul lu.torn um (iallicv riildifutn, rue non (n.tu /1 Cotuitimi I tnti i,’(7)i iiMinti ’i Monaclio Mafons-niiiiKisti 1 1 1 m ortniujiL (h. 1 1 :1’U lyt^>+ulii I i uni nurrut loin’ t(>n,iru(iit>}ii> .Imla n ;c .̃/f>/iu. /uio//in. iilulit t in ’»" anint I (i8l ) v/.v. iii^tiiiin s :< ui.i c,uJrcih M<ilut< rnr m //i ’<• I* )^i m il’i prininni idiin SitipU’ivin fli^iitthuni i,tt*n-i* ;t liinni (iiiminnuni u^tm-i nu’ Mututt rrtilii tmihi ( lit i ii /̃< i ’in idii.s ijmiruin •̃inh uUiiv, i ̃•̃>l’tint ijiur i.lt ’(/K mu ni ! /.< i I i ri nili [p ! l’a m itn !< 1/ n<n /mm (•au’in/uni II, htm • Jlll^.u Ilim Ui./lih.’ns 1,7/ (, i l i’i fila n m ii/n i. ̃< ̃ ,A m n,ii mil l’i •<, ̃, > I i. ( 111,1,’ I l.i I S., /),•̃, 1 ! I 11/ •. ( ,il’ i ’il II" III II,. Il) m i ’.̃̃ ;.̃ V < Pi .in ij !̃ t.ir ! ys’ iinmi’ii I I (I I • S’ I I ̃ ̃ I II, nr il :’ I ( • ̃ ̃ Con.nl f •̃> ni : i | n’.is n. ̃̃ r.. i/i, .̃ -,• ]/̃ • //(( M/ II •». I .̃ S, il is l ,̃ H i .̃ , :r, /.̃•. ccrivoit c’est-à-dire vers Tan 1101. 11 n’a pas voulu se donner la peine de consulter les monumens ; il s’est contenté de réduire en abrégé tes faits qu’il avoit appris de son .oncle Geofroi. L’Histoire de son propre Gouvernement devoit, sans doute, être lx-aucoup plus détaillée mais c’est précisément le morceau que nous regrettons, avec d’autant plus de raison que la vie de ce Comte est trèsimparfaite dans les autres Ecrivains. Fou le me llecliin mourut, à l’âge de W> ans, le t4 d’Avril .1 dans le Prieuré de l’Eviere. M. l’Abbé de Marolles a traduit ce fragment eu François avec l’Histoire des Comtes d’Vnjou, par le Moine de Marinoutier et la relation de la «construction d’Amboise et en 1(181 il a lait imprimer le tout en un olume in i". XX1. L’Histoire de Sicile, par Ma la terra lut découverte et imprimée jn»ur la première Ibis en Kspagne. C’est ce i|iii a fait passer l’Auteur pour Kspa^nol. Mais a présent tous les bons Cnti<|ues coictfiennent que ( îcofroi de M.ilaterra éloil Norman. Leur sentiment est prouvé par ce ijiie I uteur rapporte des événemens de s.i ie. Il cloil Même l’enedielin, el il tt a toute appai enee qu il passa eu Italie avec les (.olonies de Moines l’rancois et Noimaiis, qui lurent 1 Mirés par les Princes Noi mails < < inqiicr.ins de la Pou il le, «le l.i ( ’.alabic c ! « If la Sicile. I ,e ( ’ointe lu i^ci pieinier Prince < Norman reconnu Souverain «le l.i Sk lie, ijui mourut eu I IO| lit · deolroi son Historiographe. Il est • i>sf/ Inin |in>uc «|ue I Auteur huit Il son l llisloiie il si ie t l<l !»N. Il nous ,i|i|iieinl < j m le nom de M.il.i li l l ,i lui <noil de ses ee-