Page:Bourget - Mensonges, 1887.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



— « Si ces femmes avaient seulement une âme de la même étoffe que leur robe ! … » interrompit Claude en ricanant… « Mais je vous admire, » continua-t-il ; « est-ce que vous croyez par hasard que vous allez être du monde parce que vous serez reçu chez Mme Komof, une étrangère dont l’hôtel est un passage, ou chez une des cinq ou six curieuses que vous rencontrerez là, et qui vous diront qu’elles sont à la maison tous les jours avant le dîner ? Vous irez dans le monde, mon cher, vous irez beaucoup, si ce sport vous amuse ; vous n’en serez jamais, non plus que moi, non plus qu’aucun artiste, eût-il du génie, parce que vous n’y êtes pas né, tout simplement, et que votre famille n’en est pas. On vous recevra, on vous fera fête. Mais essayez donc de vous y marier, et vous verrez… Et c’est la grâce que je vous souhaite… Ces femmes que vous rêvez si délicates, si fines, si aristocratiques, bon Dieu ! si vous les connaissiez ! Des vanités habillées par Worth ou Laferrière… Mais il n’y en a pas dix qui soient capables d’une émotion vraie. Les plus honnêtes sont celles qui prennent un amant parce qu’elles y trouvent du plaisir. Si vous les disséquiez, vous trouveriez à la place du cœur la note de la couturière, une demi-douzaine de préjugés qui leur tiennent lieu de principes, la rage d’éclipser celle-ci ou celle-là…