Page:Bouton - La Patrie en danger au 25 février 1848.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


volution et nous ont dit tour à tour : La Révolution, c’est moi ! Tous les systèmes, toutes les théories, toutes les nuances de théories demandent à la fois de se produire, de se réaliser, et s’écrient : C’est moi qui suis la Révolution ! Situation déplorable, longue suite de tiraillements où la France stupéfaite semble descendre lentement dans la tombe, comme un mort à qui l’on jette, pendant son agonie, des fleurs, des chants de cygne et des hymnes magnifiques !

Tout beau, Messieurs, un peu de calme ! Je vous ai dit que la Révolution était un coup du hasard, que ses proportions n’étaient pas gigantesques, que ses acteurs n’étaient pas des héros. Ce n’est pas moi qui amoncèlerai des rayons éclatants autour de son origine. Je vais vous démontrer comment on aurait pu la jeter bas, le soir du 25 Février.