Page:Bouton - La Patrie en danger au 25 février 1848.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IX.


J’avais, comme un fou, couru Paris dans tous les sens, jusques bien avant dans la nuit ; j’écoutais parfois si le canon du Mont Valérien n’allait pas donner son avis. D’un autre côte, l’Hôtel de Ville était inabordable pour moi ; j’y voyais Garnier Pagès, Marrast et Pagnerre : C’était le règne venu de Nabuchodonosor, et je me sentais destiné a être dévoré par les bêtrs. Je me levai