Page:Bouton - La Patrie en danger au 25 février 1848.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


déjà leur vie sur les pavés, eussent surpris le Gouvernement provisoire, eussent envahi l’Hôtel de Ville, immolé Lamartine à la voix duquel le drapeau rouge était tombé de la statue de Henri IV, et eussent voulu gouverner Paris, — par la Terreur.

Sous l’empire de quelle crainte Blanqui avait-il, d’un geste de sa main, commandé à ce flot de rentrer dans son lit ?

L’un dit qu’en sortant de l’Hôtel de Ville, il se crut encore possible en raison des difficultés que le Gouvernement avait à vaincre : Il espéra qu’on l’appellerait aux affaires.

L’autre dit qu’il ne comprit pas le secret de sa force, qu’à ses yeux un Gouvernement improvisé ce soir là par des hommes qui se fussent intitulés les Sections de Paris, et dont il eût été le Dictateur, lui sembla suranné ; qu’il ait désiré un mouvement populaire grandiose, un grand concours des masses, et qu’au lieu d’une manifestation il ne vit, en définitive, après plusieurs heures d’attente, — qu’une conspiration étroite, et qu’il aima mieux attendre.

Celui qui a connu le dessous des cartes affirmera que Blanqui n’a peut-être pas autant de