Page:Bouton - La Patrie en danger au 25 février 1848.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XV.


Vers dix heures nous sommes partis, les trois inséparables. Après avoir erré pendant une heure, nous sommes descendus la rue de La Harpe et vis-à-vis les Thermes :

— « Avez-vous dîné, nous dit Blanqui ?

— « Voilà plusieurs jours que je ne sais plus ce que c’est que dîner. Nous avons, nous deux Vilcoq, ce soir, au bas du Prado, mangé et bu un verre de vin ; c’est tout.