Page:Bouton - La Patrie en danger au 25 février 1848.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— « Eh bien, je n’ai rien pris depuis midi. »

En fouillant machinalement tous trois au fond de notre gousset, l’un trouva soixante-dix centimes, l’autre vingt et quelques sous ; Blanqui regarda dans une bourse tricotée :

— « J’ai à peu près trente sous, dit-il, c’est assez pour demain. » Il acheta un pain de deux sous chez le boulanger voisin, et nous avons remonté Paris jusqu’au boulevart Poissonnière.