Page:Bouton - La Patrie en danger au 25 février 1848.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


couleurs du drapeau, sur les pensées rétrogrades (on n’avait pas encore inventé la réaction), et sur ce qu’il fallait faire pour donner à l’émeute de Février un cachet vraiment révolutionnaire.

Le sang était la conséquence trop logique de ce qu’on méditait, pour parler de sang. L’application des principes préoccupait davantage les orateurs. La souveraineté du but, comme on l’a dit plus tard, était au fond de toutes les propositions.

Mais qu’on me permette de ramener les esprits à des réalités plus frappantes.