Page:Breton - Un peintre paysan, 1896.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LECONTE DE LISLE



Je viens d’écrire le nom d’un des plus grands génies poétiques de la France et du siècle, je voudrais rendre à la mémoire de cet homme si regretté, mon humble et fervent hommage.

J’ai connu Leconte de Lisle au printemps de 1872 et il y avait à peine six mois que j’avais lu ses œuvres.

Jusque-là, de temps en temps, son nom m’arrivait comme celui d’un astre mystérieux.

J’ai raconté ailleurs comment l’Anthologie de Lemerre achetée à une gare, en voyage, m’avait tout d’abord initié à quelques-uns de ses poèmes.

Étant à Douarnenez, Heredia, à qui j’avais confié mon admiration pour le Maître, fit venir et m’offrit gracieusement les Poèmes barbares.

Cet admirable livre me jeta dans l’enthousiasme.

De retour à Paris, Heredia montra à Leconte de Lisle mon sonnet de l’Aube que je venais de composer.

Le Maître voulut bien s’y intéresser, et le