Page:Brontë - Jane Eyre, II.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


intelligente, gaie, vive, mais légère ; elle était charmante enfin, même aux yeux d’une froide observatrice comme moi ; mais elle n’était pas profondément intéressante, et ne vous laissait pas une vive impression. Elle était bien loin de ressembler aux sœurs de Saint-John, par exemple. Cependant je l’aimais presque autant qu’Adèle, si ce n’est pourtant qu’on accorde à l’enfant surveillé et instruit par soi une affection plus intime qu’à la jeune fille étrangère douée des mêmes charmes.

Elle s’était prise pour moi d’un aimable caprice ; elle prétendait que je ressemblais à M. Rivers : « Seulement, disait-elle, vous n’êtes pas si jolie, bien que vous soyez une gentille et mignonne petite créature ; mais lui, c’est un ange. Cependant vous êtes bonne, savante, calme et ferme comme lui ; faire de vous une maîtresse d’école dans un village, c’est un lusus naturæ ; je suis sûre que, si l’on connaissait votre histoire, on en ferait un délicieux roman. »

Un soir qu’avec son activité enfantine et sa curiosité irréfléchie, mais nullement offensante, elle fouillait dans le buffet et dans la table de ma petite cuisine, elle aperçut d’abord deux livres français, un volume de Schiller, une grammaire allemande et un dictionnaire, puis ensuite tout ce qui m’était nécessaire pour dessiner, quelques esquisses, entre autres, un petit portrait au crayon d’une de mes élèves qui avait une véritable tête d’ange, quelques vues d’après nature, prises dans la vallée de Morton et dans les environs ; elle fut d’abord étonnée, puis ravie.

« Est-ce vous qui avez fait ces dessins ? me demanda-t-elle, savez-vous le français et l’allemand ? Quel amour vous faites ! quelle petite merveille ! Vous dessinez mieux que mon maître de la première pension de S***. Voulez-vous esquisser mon portrait, pour que je le montre à papa ?

— Certainement ! » répondis-je.

Je sentais un plaisir d’artiste à l’idée de copier un modèle si parfait et si éblouissant. Elle avait une robe de soie bleu foncé ; son cou et ses bras étaient nus ; elle n’avait pour tout ornement que ses beaux cheveux châtains, qui flottaient sur son cou avec toute la grâce des boucles naturelles. Je pris une feuille de beau carton, et je dessinai soigneusement les contours de son charmant visage. Je me promis de colorier ce dessin ; mais, comme il était déjà tard, je lui demandai de revenir poser un autre jour.

Elle parla de moi à son père avec tant d’éloges, que celui-ci l’accompagna le soir suivant. C’était un homme grand, aux traits