Page:Bruant - Dans la rue, vol2.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




S’i’ veut ben s’laisser faire, on fait pas d’mal au pantre,
Mais quand i’ veut r’ssauter ou ben fair’ du potin,
On y fout gentiment un p’tit coup d’lingu’ dans l’ventre,
Pour yapprendre à gueuler à deux heur’s du matin.

                    C’est nous les joyeux,
                    Les petits joyeux,
    Les petits marlous qui n’ont pas froid aux yeux.


Quand faut aller servir c’tte bon Dieu d’République
Où qu’tout l’monde est soldat, malgré son consent’ment,
On nous envoi’ grossir les bataillons d’Afrique,
À caus’ que les marlous aim’nt pas l’gouvernement.

                    C’est nous les joyeux,
                    Les petits joyeux,
    Les petits marlous qui n’ont pas froid aux yeux.