Page:Bruel - Études sur la chronologie des rois de France et de Bourgogne.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
—( 37 )—

de Richer, en 951[1]. L’acte est donc de cette même année, et pour cela il faut que la 1re année commence au mois de janvier 936. Nous avons appliqué le même calcul au no 798, qui a été rédigé en Mâconnais l’an 16 de Louis IV, ainsi qu’au no 811, passé à Lourdon près Cluny.

Le no 882 doit aussi rentrer forcément dans ce calcul. En effet, voici les termes de la date (B. N. cop. 8-110) : Die primo mensis junii, anno XVIIII regnante Hludvico rege. Or, dans le comput du 19 juin 936, la 19e année va du 19 juin 954 au 10 septembre, jour de la mort de Louis IV, et n’a pas de 1er juin. Il faut donc compter la 19e année du 14 janvier 954.

Voilà donc au moins huit exemples bien constatés du point de départ du 14 ou 15 janvier, et par exception, du 1er janvier 936. Nous allons montrer que l’on a compté également les années de Louis IV à partir de 937 et de 938.

3° Du 19 juin 937.

Nous avons dix-neuf chartes qui doivent être datées en comptant les années de Louis depuis 937. Les voici : no 486. (A. a. 21.) Die dominico, v idus marcii, apud Evuirandam, anno I regnante Lucdovico rege. 11 mars 938. En effet, 5 des ides ou 11 mars répond à G. Or, 938 a G pour lettre domin. C’est la 1re année depuis le 19 juin 937[2].

No 492. (B. N. cop. 6-107.) Die dominico, xvi kalendas octubris, anno secundo regnante Ludvico rege. Dimanche 16 des calendes d’octobre ou 16 sept. exige la lettre domin. G. 938 a G, donc la lre année doit commencer après juin 936. Nous pensons qu’elle doit être comptée du 19 juin 937. En appliquant le même calcul aux autres chartes, on arrive aux résultats suivants :

No 503. (A. o. 108.) Die martio, xvi kalendas januario, anno III regnante Ludovico rege. 939, 17 décembre. Mardi 17 décembre donne pour lettre domin. F, qui est celle de 939[3].

No 506. (A. o. 165.) Die dominico, xiiii kalendas febroa-

  1. Voir Bosonides, Archiv für schweizerische Geschichte, t. 8, p. 101 et 102, note. Louis intervint dans l’acte parce que Cluny était situé dans le Mâconnais, qui dépendait de la couronne de France.
  2. C’est par inadvertance que la note relative à cette charte suppose qu’il faut lire anno II ; l’an 1er suffit à condition de dater les années de 937, 19 juin.
  3. Il est inutile de lire IIII pour III, comme le proposait A. Bernard ; décembre 939 est en effet dans la 3e année depuis le 19 juin 937.