Page:Bruel - Études sur la chronologie des rois de France et de Bourgogne.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
—( 36 )—

14e année serait 950. Or, l’acte appartient positivement à 949.

N° 743. (A. o. 30.) Nous avons à examiner maintenant deux actes passés à Châlon et datés de l’an de l’Incarnation, le premier a, en outre, l’année du règne : Anno incarnationis Dominice DCCCCXLVIIII, indictione VIII, die dominico, iii idus madii, anno XIIII, rege Lodowico litigante seilicet cum Hugone marchione. Le dimanche 3 des ides de mai ou 13 mai répondant à 949, les années du règne doivent être comptées du 14 janvier 936, l’indiction devrait être 7 et non 8. Cette date fait allusion à la lutte qui exista entre Louis d’Outremer et Hugues le Grand, et qui ne prit fin qu’en 950. Il faut rapprocher de cette charte un autre acte analogue, le no 738, dans lequel manque l’année du règne.

No 738. (B. o. 249.) Data anno incarnationis Domini nostri Jesu-Christi DCCCCXLVII, indictione VII, die martis, xv kalendas maii, litigante rege Ludowico cum Ugone, marchione nobilissimo. L’année de l’Incarnation doit être corrigée ; le 15 des calendes de mai ou 17 avril tomba en 947 un samedi, et seulement en 949 le mardi ; cette année-là l’indiction était la 7e. La date est donc 949, 17 avril.

No 763. Le commencement du règne qui est pris du 14 janvier 936 est quelquefois employé dans les diplômes de Louis IV. En voici un exemple (B. N. or. 27) : In nomine sanctæ et individuæ Trinitatis. Ludowicus, divina propitiante misericordia, Francorum rex..... Actum Polliaco villa super Ligerim, iii nonas febroarii, indictione VI, anno autem XV regnante Ludovico rege glorioso. Le 3 des nones de février ou 3 février de la 15e année répond à 950. Il est vrai qu’en cette année l’indiction était VIII, mais en 951 l’indiction était la IXe, qui est encore plus éloignée de la VIe. Le mot glorioso fait peut-être allusion aux succès du roi, qui, par suite de la soumission de Hugues le Grand, s’était vu restituer la citadelle de Laon[1].

Il faut faire rentrer dans le même système de calcul le no 797 (A. a. 18) dont la date est ainsi conçue : In mense januario, regnante Ludowico rege anno XVI. L’acte est donné par Charles Constantin et signé par Léotald, comte de Mâcon. Il a dû être passé dans cette ville, lorsque Charles Constantin, prince de Vienne, vint y trouver Louis d’Outremer, suivant la chronique

  1. Richeri histor. lib. II, cap. 97.