Page:Bruel - Études sur la chronologie des rois de France et de Bourgogne.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
—( 39 )—

1er juin donne F. Or, 950 a F. Le no 773 (A. a. 6.) a la même date.

No 810. (B. N. cop. 7-243.) Die jovis, iiii kalendas gunii, anno XIIII regnante Ludvico rege. 951, 29 mai. Jeudi 4 des calendes de juin ou 29 mai donne E. Or, la lettre dominicale de 951 est E.

No 822. (B. N. cop. 7-237.) Sub die sabbati, iiii idus aprilis, anno XV regnante Hludovici regis. 952, 10 avril. Samedi 4 des ides d’avril donne C. Or 952 a pour lettres dom. DC[1].

No 838. (B. N. cop. 8-102.) Sub die sabbati, in mense aprili, v idus aprilis, anno XXVI imperii Ludovici regis. 953, 9 avril. Samedi 9 avril donne B. Or, 953 a B. Pour arriver à cette date, il faut supprimer un X dans le chiffre des années et lire XVI. En effet, le 9 avril samedi se trouve dans la 16e année comptée depuis le 19 juin 937 et non pas 938, comme le pensait M. Bernard. Mais peut-être vaut-il mieux rendre cet acte à Louis l’Aveugle, et le dater de 926, comme nous l’avons proposé[2].

No 843. (B. N. cop. 8-73.) Sub die lunis, iii kalendas junii, anno XVI regni Hludovici regis. 953, 30 mai. Lundi 3 des calendes de juin ou 30 mai répond à B. Or 953 a B pour lettre dominicale.

4o Du 19 juin 938.

Cette manière de calculer les années de Louis d’Outremer s’applique aux dix chartes suivantes, qui ont des dates certaines prouvées par les lettres dominicales. Ce calcul semble prouver que dans certaines parties au moins de la Bourgogne et surtout dans la Basse-Bourgogne, Louis d’Outremer ne fut reconnu qu’en 938. Il faut rapprocher de ces chartes l’assertion de D. Bouquet[3], qui cite à ce propos une donation faite au monastère de Saint-Bénigne de Dijon, laquelle a pour date : Anno secundo post obitum Rodulfi regis Francorum, Hugone principatum tenente. Cette charte est imprimée dans Pérard, Recueil de pièces servant à l’histoire de Bourgogne, pag. 161.

No 644. (A. a. 166.) Sub die dominico, viiii idus octobris, anno VI regnante Ludovico rege. Le 8 des ides ou 8 octobre tombe un dimanche en 943, lettre domin. A.

  1. Il est inutile de lire an XVI et de compter les années de 938. Chartes de Cluny, t. I, p. 777, note 2 à effacer.
  2. Chartes de l’abbaye de Cluny, tome Ier, p. 794, note.
  3. Rec. des historiens de France. T. IX, p. 582.