Page:Bruel - Études sur la chronologie des rois de France et de Bourgogne.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
—( 40 )—


No 645. (A. a. 47.) Sub die sabbati, ii idus octobris, anno VI regni Hludovici regis. 943, 14 octobre. Le 2 des ides ou 14 octobre tombe un samedi, en la même année 943.

No 677. (A. a. 97.) Sub die jovis, iiii kalendas mardi, anno octavo regnante Ludoico rege. 946, 26 février. Jeudi 4 des calendes de mars ou 26 février répond à D, qui est, en effet, la lettre dominicale de 946[1].

Nos 749 et 750. (B. N. cop. 7-1731 et 2.) Sub die martis, xii kalendas septembris, anno XII regnante Hludovici regis. 949, 21 août. En effet, mardi 12 des calendes de septembre ou 21 août répond à G, lettre domin. de 949.

No 751. (B. N. cop. 7-175.) Sub die martis, v kalendas september, anno XII regni Hludovici regis. 949, 28 août. Mardi 5 des calendes de septembre ou 28 août répond à G.

No 765. (B. N. cop. 7-220.) Sub die sabbati, xii kalendas magii, anno XII regni Hludovici regis. 950, 20 avril. Samedi 12 des calendes de mai ou 20 avril répond à F. Or, 950 a F.

No 775. (B. N. cop. 7-245.) Sub die martis, iii idus junius, anno XII regnante Ludovici regis. 950, 11 juin. Mardi 3 des ides de juin ou 11 juin répond à F.

No 828. (A. b. 27.) Datum viii idus novembris... anno XV regnante Ludovico rege, indictione X. 952, 6 novembre. Nous n’avons pas de date certaine établie sur le jour de la semaine et le quantième du mois comparés à l’année du règne mais il est permis de s’appuyer ici sur l’indiction X, qui est celle de l’année 952.

No 842 (A. a. 142.) Sub die lunis, x kalendas junii, anno qui[n]to decimo regnante Luduvico rege. 953, 23 mai. Lundi 10 des calendes de juin ou 23 mai répond à B. Or, 953 a B pour lettre domin.[2].

  1. C’est par erreur que nous avons imprimé dans le tome Ier des Chartes de Cluny, p. 631, que les années sont comptées ici de 939.
  2. Il y a une observation à faire quand on compare les noms des scribes avec les divers calculs des années de Louis IV. Quoiqu’il n’y ait pas, suivant nous, possibilité de fonder un système de datation sur les noms des scribes, nous devons remarquer cependant que toutes les chartes datées du 19 juin 938, sauf une (no 828), ont été écrites et datées par Berardus et une ad vicem Berardi. On peut donc croire que ce comput est particulier à ce scribe. Au contraire, le point de départ du 19 juin 937 est commun à Bérard et à cinq autres scribes différents.