Page:Bruel - Études sur la chronologie des rois de France et de Bourgogne.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
—( 84 )—

Anno dominicæ incarnationis DCCCCLVI, anno autem secundo imperii Lotarii regis, extante indictione XV, prima Holimpiadis. Haec descriptio facta a Rodulfo levita est, imminente jam novissima ebdomada octobrii mensis. 956, 25 (?) octobre.

D’après le calcul ordinaire, la 1re année de la 195e olympiade ayant commencé le 1er juillet de l’an 1 de l’ère de Jésus-Christ, le mois de mai 956 doit se trouver dans la 3e année de la 433e olympiade, et le mois d’octobre 956 dans la 4e année de la même olympiade, qui se termine au 30 juin 957. On voit que ni l’une ni l’autre de nos deux dates ne se trouve dans la lre année d’une olympiade ; d’ailleurs, l’olympiade commençant au 1er juillet, il est évident que ces deux dates ne peuvent appartenir à la même olympiade. Quel est donc le sens des mots prima olympiadis ? Nous pensons qu’il ne faut pas introduire ici le calcul régulier des olympiades, abandonné comme l’enseigne un ancien auteur, Cedrenus, depuis le moment où s’introduisit l’indiction. Il nous semble que l’on doit plutôt se ranger à l’opinion des Bénédictins exprimée par eux dans l’édition du Glossaire de Du Cange, de 1733 (Vo Olympias), à savoir qu’au moyen âge l’olympiade était simplement une période de quatre années. Dans ce système, en effet, la 2e année de Lothaire tout entière se trouverait bien dans la 1re olympiade de son règne ; il est vrai qu’il faudra lire la date comme s’il y avait prima olympiade, au lieu de prima olympiadis[1].

4o Date du jour du mois.

Le jour du mois est indiqué, en général, dans les chartes de Cluny des ixe et xe siècles, suivant l’usage romain par les nones, ides et calendes. Le 1er du mois est souvent annoncé sous cette forme : In mense calendes maiis, 1er mai (no1283) ; in mense calendes marcio ou calendas marcias, 1er mars (nos1150 et 1151). Quelquefois la formule peut donner lieu à quelque doute, comme au no405 : Mense decembrio, x kal. ejusdem mensis.

  1. On peut voir dans Du Cange des exemples du sens que nous attribuons au mot olympiade. Cette opinion est aussi celle des auteurs du Nouveau traité de diplom., t. IV, p. 703, et M. Bernard l’a exposée assez longuement dans une brochure intitulée Observations sur le sens du mot olympiade, employé dans les actes du moyen âge. Extrait du XXIIe volume des Mémoires des Antiquaires de France. In-8o, 8 pages, 1854.