Page:Bruel - Études sur la chronologie des rois de France et de Bourgogne.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
—( 83 )—

et non pas à 961, comme cela aurait lieu si l’année avait commencé alors à Pâques.

2o Indiction.

Nous avons 43 exemples d’indictions ; sur ce nombre 28 sont conformes au tableau des indictions inséré dans les tables de l’Art de vérifier les dates, 15 sont fausses, savoir : celles des chartes nos2, 70,105, 285, 396, 397, 398, 417, 631, 743, 763, 825, 994, 1067 et 1297. Si on laisse de côté les chartes privées et que l’on cherche dans quels diplômes se trouvent les indictions fausses, on les rencontre dans ceux des rois dont les noms suivent Louis le Pieux (acte fabriqué), Louis l’Aveugle, Raoul de France (4), Hugues et Lothaire, son fils, Conrad le Pacifique, Louis d’Outremer et Lothaire[1].

Il faut remarquer que le scribe a compté quelquefois l’indiction de deux manières différentes, pour une seule et même année. Ainsi l’on trouve pour 950, indiction VI et indiction VIII dans deux diplômes de Louis d’Outremer, l’un du 3 février, l’autre du 8 juin (nos763 et 774)[2] ; et pour l’année 952, indiction X et indiction III (nos824 et 825). Ces exemples montrent combien le calcul des indictions est incertain et à quelles erreurs on s’exposerait en s’attachant uniquement à cette note chronologique.

3o Olympiades.

On trouve dans les chartes de Cluny deux exemples de cette ère empruntée à l’histoire grecque et qui a été ressuscitée au milieu de la barbarie du xe siècle, par un clerc savant. Quoique l’un de ces exemples ait déjà été cité dans l’Art de vérifier les dates, nous croyons utile de reproduire ici les textes qui mentionnent les olympiades.

No999. (A. b. 138.) Data in mense maio, ebdomada prima ejusdem mensis. anno imperii Lotharii regis, filii Ludovici regis secundo prima Olimpiadis. Eo tempore Rodulfus quidam scripsit. 956, du 1er au 3 mai.

No1004. (B. N. cop. 8-224 et B. o. 321-CCCXVIIII.)

  1. Voici les nos qui répondent à ces actes : 2, 70, 285, 396-398, 417, 631, 763 et 1067.
  2. Le chancelier paraît être le même dans ces deux actes, quoique la forme de son nom soit différente, Oydilo et Dedilo.