Page:Bruneau - Musiques d’hier et de demain, 1900.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.







AVANT-PROPOS




En 1893, la première représentation de la Valkyrie à l’Opéra déterminait le triomphe du drame lyrique chez nous et permettait de tracer sur notre sol les larges chemins de l’avenir.

En 1899, quelques semaines après que Tristan et Iseult avaient fait franchir au wagnérisme sa dernière étape en la bonne ville de Paris, l’Académie nationale de musique, cédant aux nécessités des choses, jouait la Prise de Troie, d’Hector Berlioz, accordait trop tard au grand novateur français une place à côté du grand novateur allemand et montrait que de belles routes pouvaient et devaient encore s’ouvrir dans notre pays.

Pendant les six années qui séparent ces deux représentations, également mémorables parce