Page:Brunhoff – Histoire de Babar, le petit éléphant (1931).djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Tout est prêt pour le départ.
Babar embrasse sa vieille amie.
S’il n’avait pas le chagrin de la laisser,
il serait tout à fait heureux de partir.
Il lui promet de revenir.
Jamais il ne l’oubliera.


Histoire de Babar - page 32.jpg