Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/243

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bien que ce diptère ne se rapporte à aucun genre actuel, M. Curtis pense qu’il appartient indubitablement a la famille des Tipulides, et qu’il se rapproche beaucoup du genre Bibio, maintenant très répandu, et commun en Europe et dans les deux Amériques.

Voyez Curtis, Brit. Ent. t. III, pl. 138.

On voit dans ce fossile la face inférieure de l’animal.

13. Araignée fossile de la formation miocène d’eau douce d’Aix en Provence. Collection de Mme Murchison. On voit l’animal par sa face inférieure ; et les petits tubercules de la partie postérieure de l’abdomen sont probablement des filières rendues saillantes par la pression.
Voyez Kirby et Spence, Introduction à l’Entomologie, 4e édition, t. I, p. 204.— Herold, Von der Erzeugung, der Spinnen un Eie, pl. 2, fig. 4, 9, 11, etc. (D’après nature.
a Arceaux dorsaux de l’abdomen.
b Segment de la queue.
c Canal intestinal. (?)
d Fragment de ce même canal. (?)



Planche 47[1], t. I, p. 376.


1 et 2. Figure copiée en partie d’après la restauration qu’a donnée M. Miller dans son ouvrage sur les crinoïdes(pag. 19, pl. 1) de l’Apiocrinites rotundus (Bradford, ou Pear Encrinite). Dans la figure 1, les bras sont épanouis, tandis qu’ils sont à peu près fermés dans la figure 2. La longueur des tiges articulées
  1. Cette planche et les suivantes tirent une grande valeur de ce qu’elles ont été gravées (à l’exception de la planche 48) par un naturaliste aussi instruit sur ce sujet que l’est M. James Sowerby.