Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


flexibles a été prise sur quelques tiges complètes qui existent dans la collection de M. Channing-Pearce, de Bradford, près de Bath. On voit deux jeunes individus fixés aux pédicules ou bases calcaires des deux individus adultes. (D’après Miller.)
2, a. Représente l’effet des sécrétions calcaires dans préparation des cassures des articles de la tige.(D’après Miller.)
3. Corps pyriforme de l’Apiocrinites rotundus. On aperçoit à la partie supérieure la disproportion des pièces osseuses qui entourent la cavité de l’estomac. (D’après nature.)
4. Coupe verticale d’un autre corps pyriforme montrant la cavité de l’estomac et une série de cavités inférieures ou de petits espaces lenticulaires creux, compris entre les portions centrales des articles grossis de la partie supérieure de la colonne vertébrale. Miller considère ces espaces comme des renflemens du canal alimentaire, qui se prolonge dans toute la longueur de l’axe de la colonne.
Les surfaces des articles de la colonne vertébrale sont couvertes de stries rayonnantes, qui s’articulent avec des stries correspondantes des articles adjacens et leur permettent de se fléchir sans risque de dislocation, s’engrenant les unes dans les autres, comme on le voit figuré dans la planche 49, figures 5, 7, 9. (D’après nature.)
5. Figures restaurées de VApiocrinites triginta-dactylus ; d’après Miller. (Crinoidea, p. 96, pl. I, fig. 4.)
Voyez t. 1, p. 376, en note.
B. Base et fibres servant de racines.
D. Bras latéraux auxiliaires[1].
  1. Ces bras auxiliaires nous offrent un magnifique exemple de compensations et d’arrangemens mécaniques, dont M. Miller donne la description suivante dans son admirable Monographie des Crinoïdes, p. 97.