Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les arêtes saillantes de la colonne pentagonale : ces bras diminuent de grosseur de leur base vers l’extrémité. On les voit d’une manière distincte à la partie supérieure de la colonne de la fig. 1.

Première pièce costale ; seconde pièce costale.
Fig. 3. Portion d’une troisième colonne ayant conservé presque tous ses bras auxiliaires a leur place naturelle.
Fig. 3a. Continuation de la même colonne, dépourvue de ses bras latéraux.
Fig. 4. Portion d’une autre colonne avec les traces de quelques bras latéraux.
Fig. 4a. Continuation de la fig. 4.
Fig. 5. Fragment d’une autre colonne, dont les articles ont éprouvé une torsion, sans dislocation, si parfaite qu’on dirait la colonne disposée en spirale.
Fig. 6. Corps d’un Pentacrinites Briareus, et sommet de la colonne vertébrale ; on y voit l’intérieur des osselets qui entourent la cavité abdominale.
E. Le bassin première pièce costale.—D’après un échantillon appartenant au muséum d’Oxford. (Dessin original.)
Fig. 7. Fragment d’une colonne appartenant à la collection de M. Sowerby, pour faire voir l’articulation oblique des bras latéraux avec les articles les plus larges de la colonne Voyez t. I, p. 384, note. (D’après nature.)
Fig. 6. Coupe amplifiée d’une portion d’une colonne qui appartient au muséum d’Oxford. Elle se compose, de même qu’on le voit dans la planche 52, fig. 4 et 5, et dans la planche 49, fig. 3 et 4, d’articles alternative-