Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de stigmate comme dans le Podocarya. Voyez fig. 16, 17. (Original.)
Fig. 12. Extérieur d’un péricarpe simple du Pandanus odoratissimus. (Jacquin, Frag. Bot., pl. 14.)
Fig. 13. Section d’un drupe de Pandanus odoratissimus. La cellule centrale contenant une graine est placée entre deux cellules avortées. Au sommet de ce drupe (a) se trouve un stigmate flétri. — Roxborough, Coromandel, pl. 96.
Fig. 14 et 15. Section d’un drupe du Pandanus odoratissimus, montrant les graines dans les cellules fertiles d’une noix très dure. Au dessous de cette noii est une masse defibres rigides comme il y en a autour des graines du Podocarya. (Jacquin.)
Fig. 16. Sommet du tubercule hexagonal du sommet d’une cellule du Pandanus humilis, avec un stigmate desséchéau centre. (Jacquin, Frag. Bot., pl. 14.)
Fig. 17. Vue latérale d’un autre tubercule de la même espèce. (Jacquin, Frag. Bot., pl. 14.)



Planche 64, t. I, p. 454.


Fig. 1. Feuille fossile d’un palmier flabelliforme du gypse d’Aix en Provence. (Brongniart.)
Fig. 2. Portion supérieure d’un tronc fossile d’un arbre voisin des palmiers (ayant près de quatre pieds de diamètre) tiré du calcaire grossier de Vailly, près de Soissons, et conservé au Muséum d’histoire naturelle, à Paris. (Brongniart.)