Page:Buies - La région du lac St-Jean, grenier de la province de Québec, 1890.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 14 —

du Maine il existe des carrières semblables qui donnent tout le long de l’année de l’emploi à plus de 1,000 hommes. Une autre carrière du même genre dans le New Hampshire a donné naissance à une ville florissante. On en expédie de grandes quantités à Cincinnati, ainsi qu’à Chicago et à toutes les villes de l’Ouest Américain.

Nous allons maintenant passer en détail les différents cantons qui constituent la partie arpentée du territoire du lac Saint-Jean, et donner sur chacun d’eux des appréciations succinctes, tirées des rapports des arpenteurs qui en ont fait des explorations officielles.


Canton Bourget


Toute la partie du canton Bourget, que je viens de subdiviser, méritait au plus haut point l’attention du département de la colonisation. Le sol est de qualité supérieure, composé en grande partie de terre argileuse, grise, noire et jaune dans les vallées, et de terre jaune sablonneuse sur les hauteurs, très propre à la culture. Cette étendue est suffisante pour former une paroisse, et surtout une des plus avantageusement situées du Haut-Saguenay.

(P. H. Dumais, 24 mars 1870.)

Dans la partie de Bourget que je viens de subdiviser, le terrain est supérieur sous tous les rapports, le climat, surtout, ne laisse rien à désirer, car les gelées du mois de juin, qui se sont fait sentir ailleurs, ont passé là inaperçues. Deux cents minots de grains ont été semés ce printemps, et la récolte promet un bon rendement. Un chemin ouvert par le gouvernement à travers ce canton serait le salut de tous les pauvres colons qui veulent sincèrement s’y établir.

(P. H. Dumais, 30 août 1870.)

Cantons Caron et Mésy


Le sol, dans le cinquième et le sixième rangs de Caron, à l’est de la ligne centrale, est très favorable à l’ouverture de nouveaux établissements, tandis qu’à l’ouest de cette même