Page:Buies - La vallée de la Matapédia, 1895.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

47
DE LA MATAPÉDIA

plus grande exploitation de bois, les concessions qu’elle possède dans cette partie-là seulement de la Matapédia, embrassant jusqu’à 160 milles de forêt vierge. Elle met en œuvre une grande scierie, mue par la vapeur, qui donne de l’emploi à près de trois cents bras, outre un moulin à bardeaux, sur la rivière Humqui, laquelle se décharge dans la Matapédia, à environ un mille du village.

Me sera-t-il permis de dire en passant que la rivière Humqui a le bonheur de posséder un saumon tout à fait indigène, à bec long et recourbé, qui constitue une variété exclusive, incapable de se reproduire dans d’autres eaux, et que les habitants de l’endroit n’omettent jamais de signaler, lorsqu’ils vous parlent des choses qui les intéressent le plus vivement ? Je me garderai bien de ne pas faire comme eux et de trouver puérile la mention d’un détail, tout petit qu’il soit, s’il est particulier à cette région où tout est intéressant, parce que tout y est encore dans l’enfance, et où les moindres choses offrent un certain attrait, en raison même de leur petitesse qui les ferait écarter dédaigneusement dans les endroits plus avancés en âge et en culture.


La route qui conduit de Causapscal à Humqui offre un intérêt toujours croissant. Humqui occupe l’extrémité inférieure du lac Matapédia, lequel a une longueur de 21 milles, sur une largeur très variable, comme celle de la plupart des lacs, dont tous ne possèdent pas cependant le pittoresque de celui-ci. La route dont nous parlons est l’ancien chemin Matapédia, si bien fait à l’origine et sur