Page:Buies - Le Saguenay et le bassin du Lac St-Jean, 1896.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


arrivée au Canada. Ils les avaient reçus d’abord à Tadoussac, puis à Stadacona, appelé plus tard Québec. Tadoussac et Stadacona, de même que Canada, Hochelaga, Ottawa, Batiscan etc., ce sont là tous des noms montagnais.

Les Oblats, à l’exemple de leurs devanciers, les Jésuites, ont parcouru la côte tous les ans, depuis l’époque indiquée plus haut, afin de porter l’évangile aux sauvages, et, souvent, ils ont pénétré bien loin, bien loin dans l’intérieur des forêts pour y suivre les pauvres enfants des bois, vivant de leur vie, partageant leurs souffrances, endurant les mêmes privations, la même misère qu’eux, et, plus d’une fois, tombant victimes de leur inépuisable dévouement, quand ils ne revenaient pas de leurs longues courses avec une santé délabrée, une constitution épuisée qui ne leur permettait plus de poursuivre leurs périlleux et féconds labeurs.

II

Après que le gouvernement eût cessé de donner à la Compagnie de la Baie d’Hudson le bail des Postes du Roi, quelques familles canadiennes vinrent planter leur tente le long de la côte et formèrent les premiers établissements de Moulin-Baude, des Bergeronnes, de Bon-Désir, des Escoumins, de Mille-Vaches, de Portneuf, etc. Les missionnaires Oblats, ne pouvant suffire à desservir cette population qui augmentait de jour en jour, cédèrent partiellement la place à de nouveaux ouvriers évangéli-