Page:Buies - Le Saguenay et le bassin du Lac St-Jean, 1896.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pitée au lieu d’être laissée à elle-même, et que, n’ayant pas eu le choix de son lit ni le pouvoir de le creuser lentement à son gré, suivant une pente naturelle, elle se soit jetée éperdument, soudainement, en bas d’un rocher de 236 pieds de hauteur, ce qui est d’une audace à déconcerter tous les géologues.

* * *

À cette dernière illustration nous bornons ce que nous avons à dire sur l’hypothèse d’un cataclysme survenu dans la région du Saguenay. Il ne nous appartient pas de faire une démonstration scientifique ; nous avons simplement voulu donner l’éveil aux géologues et attirer l’attention du monde savant sur la justesse d’une théorie qu’il nous a paru indispensable d’exposer, parce qu’elle présuppose l’existence d’un fait qui a été soupçonné il y a longtemps déjà, mais qui n’a jamais été ni étudié ni discuté, avant la publication des remarquables écrits de M. Horace Dumais sur ce sujet, écrits qui ont paru dans le « Naturaliste Canadien » de 1895 et de 1896. Bon nombre de personnes en effet sont d’opinion que la rivière Saguenay est l’œuvre d’un cataclysme survenu dans les temps préhistoriques, mais personne n’avait encore, avant Dumais, formulé cette opinion ni exposé une théorie pour l’étayer. Sentant qu’il y avait là une question non-seulement capitale, mais encore fondamentale, qu’il fallait aborder absolument pour donner une base aux études ulté-