Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
108
récits de voyages

hudsonienne, comme ouvrant la voie de communication la plus courte et la plus directe entre le lac Supérieur et la baie de James, ce vaste prolongement de la mer de Hudson. On accomplissait jadis ce voyage en faisant un court portage entre la rivière Michipicoten et la rivière à l’Orignal, (Moose River) que l’on suivait ensuite sans obstacles jusqu’à Moose Factory, sur la baie de James. Là, on échangeait les fourrures que l’on avait apportées pour le compte de la Compagnie, dans des barges de cinq tonneaux de jauge, et l’on en rapportait les provisions déposées à Moose Factory par les navires venus d’Angleterre. Michipicoten était devenu ainsi l’un des centres principaux du commerce que la Compagnie de la haie d’Hudson faisait seule dans les immenses parages du nord. Le voyage ne prenait guère plus de cinq jours, pour un trajet, de deux cents milles environ.


Quelques heures après nous arrivons à "Otter Cove"(Anse à la Loutre). Nous y entrons ; nous pénétrons dans cette brèche profonde faite aux masses de granit qui étagent leurs lourds