Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
107
sur les grands lacs

plongeant par la pensée dans l’infini, à la recherche probablement de quelque nouvelle planète pour remplacer celles qu’on nous annonce et qui ne se montrent pas, lorsque je sentis une main se poser doucement sur mon épaule ; en même temps, une voix, aussi féminine que peut l’être celle d’un homme, me disait : "Excuse me, sir, if I interrupt your meditation ; you seem to be very deep in your thoughts ; may I have a little bit of a conversation with you ?" Je me retournai vivement et je regardai mon interlocuteur, dont les yeux étaient dans les miens, et qui attendait sans doute de ma bouche l’expression de quelque pensée profonde comme le firmament, attendrissante et persuasive comme une demande de subsides.

Nous filons à raison de neuf milles à l’heure seulement, le brouillard se faisant fort de nous accompagner jusqu’au terme du voyage. Nous passons au large de la baie de Michipicoten, dans laquelle débouche la rivière de ce nom, bien connue, depuis près de deux siècles, par les « voyageurs » et les employés de la Compagnie